Lancement du Grand Porc Premium

Lancement du Grand Porc Premium

mardi 1 septembre 2015

Assemblée générale 2015


Association pour la promotion de la diversité porcine en région Rhône-Alpes

Siège social : bureau Divagri , Agrapôle, 23, rue Jean Baldassini , 69364 LYON Cedex 7

Tel : 04 72 72 49 65                                                                                         Mail : diversite.porcine.ra@gmail.com

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Compte rendu de l’assemblée générale statutaire du mardi 16 juin 2015

Présents : Antoine MARZIO, Guy DURAND, Nicole BLOC, Alban CHAUVET, Bernard CHEVROT, Mario VINO, Cécile MICHON.

Excusés : Jacques BRUGNOT, Xavier FROMONT, Frédéric COLIN,

 

1-    Rapport moral concernant l’exercice 2014  présenté par Antoine Marzio, Président.

 

Bonjour,

Lors de notre assemblée générale constitutive, le 3 février 2014, nous nous étions fixés comme programme d’action de se faire connaitre auprès de tous les acteurs de la filière qui pourraient être concernés, et en particulier les éleveurs.

Pour ce faire nous avions prévu d’organiser avant l’été une journée d’information sur l’élevage de races porcines locales avec des spécialistes de l’IFIP, de l’INRA ainsi que des éleveurs de porcs de race locale.

 

Dans un premier temps j’ai recensé par divers moyens, les éleveurs de porcs non conventionnels qui pratiquent sur notre région. Par « non conventionnel », j’entends les éleveurs qui ne pratiquent pas l’élevage en bâtiment fermé, la plupart exerçant au sein de groupements avec des porcs standards.

L’exercice de recensement n’est pas aisé du fait de l’extrême diversité des pratiques :

-          Porc conventionnel ou de race locale

-          Dans le second cas, animaux inscrits au Ligeral ou non

-          Naisseurs-engraisseurs ou engraisseurs.

-          Elevage en plein air ou en bâtiment

-          Alimentation sur la ferme ou extérieure

-          Bio ou pas bio

-          Transformation à la ferme ou sous-traitée

-          Vente directe ou par revendeur,

-          Activité principale ou se secondaire.

Une trentaine d’éleveurs pourraient rentrer dans une ou plusieurs de ces définitions.

Seuls moins d’une dizaine en font une activité principale.

Au mois d’avril, j’ai pris une semaine pour en visiter quelques-uns pour me rendre compte qu’il n’y en avait pas deux qui avaient des pratiques identiques. De plus, ils sont dispersés entre la Haute Savoie et l’Ardèche, ce qui ne favorise pas les échanges.

Dans un second temps, j’ai envoyé un questionnaire pour essayer de disposer de bases de connaissance moins empiriques.

J’ai reçu deux réponses, et plus récemment trois autres, dont je reparlerai dans quelques minutes.

 

La journée d’information n’a pas pu encore être montée, pour plusieurs raisons :

-          Le financement, prévu pour être en partie assuré par une subvention du Conseil Régional, n’a été acquis qu’au dernier trimestre 2014. Il n’était pas possible d’organiser cela vers la fin de l’année, les éleveurs étant dans une période d’intense activité.

-          Les dits éleveurs n’ayant pas manifesté un grand intérêt, il paraissait difficile de garantir une participation suffisante à ce stade de mobilisation autour de notre association.

Pour l’instant, nous en sommes resté à ce stade, ayant seulement demandé le report du financement sur 2015.

 

En fait, il faut bien avouer que l’association rencontre des difficultés à mobiliser.

 

Si l’on se fixe toujours comme objectif la relance d’une activité de production porcine à forte image régionale, il faut au préalable réunir quelques éleveurs sur un schéma minimum commun. Le plus important étant de partir sur une ou deux races adaptées au plein air, à croissance lente et bon « marqueur ». La plupart des éleveurs non conventionnels élèvent des porcs de souche conventionnelle (large white / piétrain), souvent faute de trouver des porcelets de races locales ou à rustique type Duroc. Les quelques naisseurs engraissent eux- mêmes leurs animaux et ne disposent pas suffisamment de porcelets à céder en dehors de façon régulière et significative.

Le premier objectif pourrait donc être d’aider les naisseurs à augmenter leur nombre de reproducteurs et de les faire connaitre auprès d’engraisseurs qui pourraient acheter leurs porcelets.

Il existe cependant une difficulté de taille : aucun des quelques naisseurs présents sur la région n’élève des reproducteurs (gascon, nustrale, cul noir, etc…) inscrits au LIGERAL, ce qui pose le problème de la traçabilité génétique et, indirectement, du principe même de l’aide.

Une autre difficulté  tient au protectionnisme pratiqué par les détenteurs de reproducteurs de race locale inscrits au LIGERAL. Ces races étant en état de sauvegarde ou, au mieux, de conservation, si l’on souhaite obtenir des reproducteurs, il faut impérativement s’engager à multiplier la population en race pure, ce qui parait normal mais très contraignant au sein d’élevages peu structurés comme ceux que nous rencontrons en RA.

Ceci étant, je viens d’être contacté, au début de l’année 2015, par un éleveur installé et un éleveur en cours d’installation de la Drôme, qui manifestent un intérêt certain pour notre démarche et pourraient peut-être constituer le premier noyau d’un groupe de naisseurs, en gascon et duroc.

Tout reste cependant à faire….

Merci de votre attention.

Ce rapport est adopté à l’unanimité des présents

 

 

2-    Rapport financier concernant l’exercice 2014 présenté par Alban Chauvet, Trésorier

 

Bonjour,

Suite au rapport moral présenté par le président vous devez vous douter que le rapport financier sera bref.

Nous avons ouvert un compte courant postal en septembre 2014, ainsi qu’il en avait été décidé lors de l’Assemblé Générale constitutive de notre association le 3 février 2014.

Un apport initial de 115 € sous forme d’une avance remboursable a été effectué par Antoine Marzio afin d’alimenter le compte. Il n’y a pas eu en fait d’appel de cotisation en 2014.

Les frais de banque se sont élevés à 27,74€ et les frais de constitution de l’association à 14 €.

Le solde du compte au 31/12/2014 était donc de 73,26 €.

Pour la suite, les frais de fonctionnement resteront très bas, de l’ordre de 50 €, essentiellement les frais bancaires. Il me parait donc difficile de présenter un budget prévisionnel détaillé.

 

Il est cependant absolument nécessaire de procéder à un appel de cotisation afin de pouvoir régler la cotisation due à DIVAGRI, soit 150€.

Toute action lancée par notre association devra être financée et donner lieu à un budget individualisé.

Merci de votre attention.

Ce rapport est adopté à l’unanimité des présents

 

3-    Renouvellement du bureau (provisoire ?)

Le bureau, composé de : Antoine Marzio, Président, Alban Chauvet, Trésorier, Guy Durand, Secrétaire et Nicole Bloc, assesseur, est reconduit à l’unanimité pour un an.

 

4-    Décision concernant le montant de la cotisation

La cotisation 2015 est fixée à 20 €, destinée essentiellement à régler la cotisation à la Fédération Divagri ( 150€) qui nous accueille dans ses locaux nous apporte le support administratif.

 

5-    Ouverture à la Région Auvergne

Les régions Rhône-Alpes et Auvergne vont être fusionnées à partir de 2016, ce qui conduira sans doute à l’élargissement territorial de l’association ou du rapprochement avec des associations identiques en Auvergne, terre d’élevage porcin.

Il parait cependant à tout le monde prématuré de travailler sur ce sujet avant que le nouveau Conseil Régional soit installé et d’attendre les débuts d’ouvertures déjà lancés par DIVAGRI Rhône-Alpes.

 

6-    Débats.

Un tour de table est engagé, qui souligne la difficulté de faire décoller l’association malgré une vrai opportunité autour de plusieurs thèmes : la biodiversité porcine, l’actualité des pratiques non conventionnelles (plein air extensif, races locales , etc…) et l’existence d’un marché local pour des porcs de qualité.

Mario VINO, Chef Cuisinier et président des Compagnons d’Escoffier de Bourgogne, association qui rassemble les principaux chefs cuisiniers de chaque région,  souligne la demande non fournie par des chefs et des bouchers de produits régionaux de qualité en matière porcine. Il est nécessaire selon lui de travailler à une offre qualitative régulière qui devrait nécessairement trouver des débouchés si elle existait…

Guy DURAND, président de DIVAGRI Rhône-Alpes, constatant la faible réactivité des éleveurs contactés, propose un rapprochement avec INTERPORC, représentée à l’Assemblée Générale par Cécile MICHON, afin de faire mieux connaitre l’association auprès des éleveurs porcins de toutes tailles qui ont déclaré leur activité auprès d’INTERPORC. Suggestion accepté par tous les participants.

En conclusion, Antoine MARZIO propose de faire porter l’action de l’association sur une meilleure promotion de ses activités auprès des éleveurs et futurs éleveurs et de travailler à un système d’assistance au développement de la population de reproducteurs inscrits eu LIGERAL.

 

 

Fait à Lyon, le 17 juin 2015.

Antoine MARZIO, Président.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire