Lancement du Grand Porc Premium

Lancement du Grand Porc Premium

vendredi 14 mars 2014

Proces Verbal de l'assemblée générale constitutive

L’assemblée générale constitutive de l’association pour la promotion de la diversité porcine en région Rhône-Alpes s’est réuni le lundi 3 février 2014 à 14 heures dans les locaux de l’Agrapôle, 23 rue Jean Baldassini, 69364 Lyon.
Etaient présents : Antoine Marzio, Guy Durand, Alban Chauvet, Jean Pierre Fontanet.
Etaient excusés : Philippe Viardot, Nicole Bloc, Carlo Caschetta, Benjamin Garett, Karin Marin-Kermellet, Frederic Collin, Bernard Chevrot, François Bacot.

1) Rappel du contexte
Après avoir rappelé le contexte qui a prévalu à la décision de création de l’association (voir le document en annexe 1), Antoine Marzio propose un projet de statut.

2) Statut
Guy Durand souligne la nécessité d’avoir une représentation des éleveurs au conseil d’administration plus importante que celle prévue dans le texte initial (1/4). Antoine Marzio propose que cette question soit abordée à l’assemblée générale statutaire qui se tiendra sous 12 mois maximum, une fois que toutes les personnes concernées soit informées de la démarche. Il sera alors possible de modifier les statuts ; proposition acceptée. Les statuts sont donc adoptés à l’unanimité des présents.

3) Siège social
Le siège social est fixé dans les locaux de DIVAGRI, à Agrapôle.

4) Désignation du bureau provisoire
Le bureau provisoire, chargé de l’administration de l’association jusqu’à la prochaine assemblée générale statutaire, conformément à l’article 8-7 des statuts, est désigné à l’unanimité. Il se compose de :
- Président : Antoine Marzio
- Secrétaire : Guy Durand
- Trésorier : Alban Chauvet
- Assesseur : Nicole Bloc

5) Programme d’action
La première activité de l’association va être de se faire connaitre auprès de tous les acteurs de la filière qui pourraient être concernés, en particulier les éleveurs. Pour ce faire il est prévu d’organiser avant l’été une journée d’information sur l’élevage de races porcines locales avec des spécialistes de l’IFIP (Ligeral), de l’Inra, ainsi que des éleveurs de porcs de race locale. Cette journée pourrait être organisée avec le soutien du Conseil Régional dans le cadre du programme Divagri.

6) Cotisation
La cotisation est fixée à 20 € pour la première année.

7) Déclaration
Le président est chargé d’effectuer toutes les démarches légales de déclaration de l’association à la Préfecture du Rhône.

8) Questions diverses
Le bureau provisoire propose à INTERPORC Rhône-Alpes, représentée par Jean-Pierre Fontanet, de participer aux instances de l’association, assemblée générale, conseil d’administration et bureau. Cette proposition sera transmise aux instances décisionnaires d’INTERPORC.

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 16 h30.


Pour le bureau, le président,

Antoine Marzio




Annexe 1
Argumentaire
Contexte
Le Conseil Régional Rhône-Alpes souhaite aider à la diversification des productions agricoles régionales. Dans ce but, il a favorisé la création d’une fédération des associations de producteurs de variétés locales animales et végétales, dénommée DIV-AGRI Rhône-Alpes.
Le porc est la seule espèce animale à ne pas être représentée par une structure associative, pour une simple raison : les races porcines locales ont entièrement disparue du territoire régional, comme du reste dans celui de nombreuses régions françaises.
La production porcine conventionnelle (industrielle) est elle-même en diminution constante dans la région. Elle est rencontre de plus de graves difficultés un peu partout en France, y compris et surtout dans l’Ouest (Bretagne et Pays de Loire), qui produit 70 % des porcs français.
L’extrême faiblesse de la production porcine régionale ne va pas sans créer des difficultés pour défendre des productions charcutières encore prestigieuses, revêtues ou non de labels de qualité. Production charcutière régionale : 17% de la production nationale, production porcine : 2,7% de la production nationale : la charcuterie (et la boucherie porcine) régionale est en grande partie assurée avec du porc breton, espagnol ou allemand…
La relance d’une production porcine locale de qualité présente donc de nombreux avantages sur le plan économique. Elle peut en outre apporter une source de croissance non négligeable, à la fois sectorielle, par la montée en gamme de la production porcine et charcutière, et géographique, par le développement d’activité d’élevage rentable dans des zones rurales de moyenne montagne.
C’est pour ces raisons que nous avons décidé de créer une association dont l’objet sera de favoriser tous les projets individuels ou collectifs, publics ou privés, qui auront pour but de réintroduire puis développer des races locales de porc.
Objectifs de l’association
L’association en constitution se donne pour objectifs de relancer de façon prospective la production porcine régionale sur d’autres bases que celles pratiquées par l’élevage conventionnel (industriel) actuellement à bout de souffle.
Le premier objectif est de réintroduire des races locales dans la région, d’y associer une alimentation de production régionale, de favoriser les techniques d’élevage durable, respectueuses de l’environnement et acceptable par la population.
C’est à partir de ces races et de ces pratiques que la production porcine et charcutière pourra retrouver de la croissance, monter en gamme et renouer avec une image positive auprès de la population et des consommateurs.
D’autres objectifs seront poursuivis ensuite, comme l’organisation de filières de transformation et de distribution spécifique à chaque race et terroir, la protection et la promotion de chacune de ces filières.
Quelques informations complémentaires
De tels projets ont déjà été lancés dans d’autres régions, l’un en Midi-Pyrénées autour du Porc Gascon, en Aquitaine avec le Porc Basque, et en Corse avec le Porc de race Nustrale. Le Porc de Bayeux, en Normandie, dont la race s’était éteinte, a été entièrement reconstruite il y une vingtaine d’années en croisant deux races locales à faible effectif, l’une française, l’autre anglaise. Une association nationale, le LIGERAL, abritée par l’institut technique du porc (IFIP) est en mesure d’apporter expertise et appui technique, surtout sur le plan génétique.
La région Rhône-Alpes abritait jadis plusieurs races locales, le Porc de Race Bressanne, le Porc de Bourdeaux, dans la Drôme, le Porc Noir du Bugey, de Tarentaise, etc…. qui pourraient sans doute servir de référence à une « reconstruction » de race, en fonction aussi de l’environnement géo-climatique local et de l’usage que l’on envisage d’assigner à chacune.
Dans un premier temps, il parait nécessaire d’implanter et multiplier dans la région des races locales existantes comme le Blanc de l’Ouest, le Gascon, le Large Black ou le Berkshire anglais.
Il s’agit d’une action de long terme, dont les premiers résultats ne pourront être constatés avant plusieurs années, 5 au minimum, mais dont l’enjeu économique n’échappera à personne dans une période où nous sommes en panne de croissance.
Les moyens à mettre en œuvre ne sont pas très importants en regard de l’enjeu si l’on sollicite l’existant et si nous fédérons tous les acteurs concernés, depuis les centre de sélection animale jusqu’aux distributeurs, en oubliant pas les éleveurs, les cultivateurs, les abattoirs et professionnels de la transformation, auxquels on peut aussi adjoindre les supports techniques et scientifiques, écoles vétérinaires et d’agriculture, lycées professionnels agricoles, etc…
Cette mobilisation autour de la définition du projet sera le premier objectif de l’association.
Antoine Marzio

Aucun commentaire:

Publier un commentaire